Partager cette page Imprimer cette page Ajouter cette page à mes favoris Conseiller cette page à un ami Agrandir les caractèresRéduire les caractères

Cantonnement de langoustes rouges : première conférence à Sein

21/05/2015

Environ 70 personnes ont répondu présentes ce 19 mai pour assister à la conférence dédiée à la langouste rouge en Iroise. Ce moment d’informations et d’échanges a permis aux structures partenaires, le Parc naturel marin d’Iroise, le Comité départemental des pêches et l’Ifremer, d’exposer les premiers résultats du cantonnement de langoustes rouges dans la chaussée de Sein.

Exploité depuis des décennies, le stock de langoustes rouges est en déclin, les débarquements ne cessent de diminuer. Face à ce constat, au niveau national, les pêcheurs ont agi pour la mise en place de mesures comme l’augmentation de la taille minimale de capture (110 mm), l’instauration de périodes de fermeture saisonnière (de janvier à mars) et depuis 2015, l’interdiction de pêcher des femelles grainées entre avril et mai.

Localement, cette prise de conscience est arrivée plus tôt avec, l’instauration d’une zone de cantonnement par les pêcheurs professionnels dans la chaussée de Sein en 2007, en demandant au Parc naturel marin d’Iroise d’assurer le suivi de son efficacité.

Depuis 2009 donc, le Parc naturel marin d’Iroise travaille en partenariat avec l’Ifremer et le Comité départemental des pêches pour assurer ce suivi.

Au total, 19 suivis ont été réalisés à travers trois méthodes :

  • les pêches expérimentales au filet afin d’évaluer l’abondance de cette ressource ;
  • les pêches expérimentales au casier en vue de reconsidérer cette technique pour la pêche de la langouste ;
  • des suivis en plongée sous-marine pour relever le nombre d’individus et le type d’habitat de l’espèce.

Résultats et perspectives

Sur les cinq années de suivi, 238 langoustes ont été pêchées voire repêchées. Des chiffres en termes d’abondance qui confirment la pertinence de ce cantonnement, de son emplacement et de l’intérêt de cette mesure de gestion pour cette espèce.

Au-delà des données quantitatives, le suivi du cantonnement contribue également à améliorer nos connaissances sur cette espèce : le ratio mâle/femelle, la croissance, les déplacements, le type d’habitat…

Des premières données et hypothèses qu’il convient dorénavant de compléter et/ou confirmer. Pour cela, les suivis du cantonnement se poursuivent avec de nouvelles perspectives : poursuivre les pêches expérimentales au casier, mettre en place un marquage acoustique, prospecter d’autres zones d’intérêt, favoriser la participation des usagers dans cette acquisition de connaissances…

Le cantonnement de langoustes rouges de la chaussée de Sein fait office de zone « laboratoire » ou « atelier ». Une initiative qui rayonne et qui depuis a inspiré  un programme à plus grande échelle piloté par les pêcheurs professionnels pour reconquérir le stock de langoustes rouge sur la façade atlantique.

Prochain rendez-vous

La conférence dédiée à la langouste rouge sera présentée dans différentes communes littorales du Parc marin. Elle sera présentée le 25 juin 2015 à 20h30 à l’auditorium de Douarnenez.

Retour aux actualités