Partager cette page Imprimer cette page Ajouter cette page à mes favoris Conseiller cette page à un ami Agrandir les caractèresRéduire les caractères

Extension de la Réserve naturelle nationale des TAAF : la France en passe d’atteindre l’objectif de 20% de ses eaux classées en AMP

17/11/2015 Aires marines protégées - Océan Indien

Lors de l’inauguration du pavillon Tara « Océan et Climat », jeudi 12 novembre à Paris, la ministre de l'Écologie Ségolène Royal a annoncé que la France devrait bientôt dépasser son objectif de protection de 20% de ses mers et océans grâce au projet d’extension de la réserve naturelle nationale des Terres australes françaises (Kerguelen, Crozet, Saint Paul et Amsterdam).

En effet, le projet de loi pour la reconquête de la biodiversité qui doit être examiné prochainement au Sénat devrait créer la possibilité d'étendre les réserves naturelles nationales en ZEE, c'est-à-dire au delà des 12 milles marins et jusqu'à 200 milles marins. Le projet d’extension permettrait alors d’étendre considérablement la réserve naturelle des Terres australes françaises en zone marine fortement protégée.

Un patrimoine naturel unique au monde

Les Terres australes françaises, composées des archipels Kerguelen et Crozet, et des îles Saint Paul et Amsterdam, ainsi que les larges territoires marins qui les entourent, ont été identifiées comme des points chauds de la biodiversité mondiale, encore largement préservée de la majorité des impacts liés à la présence de l’homme.

Considérées comme le « poumon » de l’avifaune de l’océan Indien sud, ces îles accueillent de nombreuses espèces d’oiseaux marins dont onze sont classées menacées d’extinction par l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN).

Situées à proximité du front polaire et de la convergence subtropicale, les eaux associées aux îles subantarctiques sont particulièrement riches en espèces pélagiques (crustacés, calmars, poissons, etc.) qui elles-mêmes alimentent oiseaux marins, cétacés et pinnipèdes (éléphants de mer, otaries).

Les interactions trophiques entre les écosystèmes terrestres et marins (côtiers et hauturiers) sont particulièrement marquées dans cette zone du globe et la protection de ces deux types de milieux ne peut et ne doit pas être dissociée.

Un espace exceptionnel partiellement protégé depuis 10 ans

Ce patrimoine naturel unique est protégé depuis le 3 octobre 2006, date de création de la Réserve naturelle nationale des Terres australes françaises (décret interministériel). Cet outil de gestion fixe pour priorité la conservation du patrimoine naturel, bien qu’il permette le développement de certaines activités humaines à condition qu’elles soient rigoureusement encadrées.

Ce projet d’extension de la réserve naturelle des Terres australes françaises nécessite encore un travail important de préfiguration pour définir les zones, les objectifs et mesures de gestion envisageables en fonction des enjeux.

Cette extension, concernant une superficie de plus de 500 000 km2, permettrait à la France d’atteindre ses objectifs nationaux en matière de couverture de ses eaux par des aires marines protégées puisqu’elle porterait à plus de 20% (au lieu de 16,52% actuellement) le total des eaux françaises classées en AMP.

Communiqué de presse du ministère de l'Écologie

Retour aux actualités