Partager cette page Imprimer cette page Ajouter cette page à mes favoris Conseiller cette page à un ami Agrandir les caractèresRéduire les caractères

L'équipe Agoa se mobilise à l'occasion de la course de jet-ski KARUJET 2015 en Guadeloupe

Du 2 au 5 avril 2015

01/04/2015 Patrimoine naturel - Activités de loisirs - Antilles

Comme tous les ans depuis 2013, l’équipe du sanctuaire Agoa se mobilise afin de veiller à l’application des mesures pour minimiser le risque de collisions entre les animaux et les coureurs ainsi que le risque de dérangement des mammifères marins durant cette course.

Jet-ski et cétacés : une cohabitation à encadrer

Le jet ski, et plus particulièrement les compétitions avec de fortes concentrations de véhicules nautiques, peuvent être source de dérangements, avec des risques de collisions accrus avec les cétacés (et particulièrement dangereux pour les coureurs). Les animaux évitent, quand ils le peuvent, ces lieux pour aller vers des zones plus calmes. Mais l’évitement n’est pas toujours possible : c’est notamment le cas pour les femelles baleine à bosse accompagnées de jeunes qui ne peuvent pas quitter une zone rapidement.

Les côtes des îles des Antilles sont des zones de reproduction et de mise bas pour les baleines à bosse. La période de mars à juin dans les caraïbes et plus particulièrement en Guadeloupe correspond à la période de présence des baleines à bosse accompagnées des jeunes veaux (baleineaux). Les femelles et les jeunes baleineaux sont présents dans les zones de faibles profondeurs et donc à proximité des côtes pendant cette période particulière de leur cycle de vie.

Des préconisations et des moyens humains pour minimiser les risques de collisions

L’Agence des aires marine protégées, gestionnaire du sanctuaire Agoa, a préconisé des mesures préventives pour minimiser les risques de collision et de dérangement des cétacés présents dans les zones de la course de jet-ski "KARUJET 2015" qui se tiendra du 2 au 5 avril en Guadeloupe (secteurs du petit cul de sac marin, du sud Grade Terre et entre le sud de Basse Terre et l’archipel des Saintes et Marie-Galante).

En concertation avec l’organisateur et les services de l’État (Direction de la Mer et Direction de l’Environnement de l’Aménagement et du Logement) ces préconisations précisent les modalités de tenue de la course et les procédures qui doivent être suivies par l’organisateur en cas de détection de cétacés à proximité du parcours.

Avant et pendant chacune des courses, des observateurs qualifiés seront présents pour assurer la détection d’animaux sur les parcours :

  • une personne en autogyre pour le survol complet du parcours avant chaque départ de course,
  • un observateur embarqué sur un bateau de sécurité

Le départ de chacune des courses sera donné sur feu vert de l’équipe des observateurs (en vol et en mer).

Ces mesures visent à limiter les risques, mais les cétacés sont des animaux très mobiles et malgré la vigilance de tous la présence d’animaux sur le parcours peut toujours être possible.

Changer la période de cette course pour limiter les risques avec les baleines à bosses

Compte tenu des risques et des perturbations avérées, l’Agence des aires marines protégées préconise que cette étape du championnat du monde de jet-ski se déroule sur une période où les baleines à bosse ne sont pas présentes (juin – décembre). Cela permettrait de réduire fortement les risques de collision et de dérangement d’une espèce emblématique, protégée au niveau mondial, et présente dans les eaux guadeloupéennes à un moment critique de son cycle de vie (reproduction et mise bas).

Retour aux actualités