Partager cette page Imprimer cette page Ajouter cette page à mes favoris Conseiller cette page à un ami Agrandir les caractèresRéduire les caractères

L'état des lieux des eaux marines est disponible

08/04/2016 Politique de la mer

En 2012 a eu lieu la première évaluation de l'état du milieu marin. Ce fût une étape primordiale dans la mise en œuvre de la directive-cadre stratégie pour le milieu marin (DCSMM).

Les résultats de cette évaluation sont aujourd'hui disponibles. Ils constituent une base pour la première actualisation de l'évaluation de l'état du milieu marin ; nouvelle étape vers l'objectif ultime de la DCSMM : atteindre le "bon état écologiques" de nos eaux.

Cette première évaluation du milieu marin, coordonnée par l'Ifremer et l'Agence des aires marines protégées, pour le compte du Ministère de l'Environnement, de l'Energie et de la Mer, constitue un état des lieux unique en France métropolitaine.

Cette recherche a mobilisée 175 experts de différentes structures (Agence des aires marines protégées, Ifremer, CNRS, Shom...). Les travaux couvrent des domaines extrêmement vastes : de la côte aux abysses, de l'eau à la matière vivante, des eaux de surface aux sous-sols, des activités anthropiques à l'ensemble du réseau trophique...

La DCSMM prévoit une actualisation tous les six ans. les documents produits suite à l'évaluation initiale de 2012 serviront de base à la première actualisation prévue en 2018. Elle portera sur l'intégralité des eaux marines métropolitaines, découpées en quatre sous-régions marines : "Manche – mer du Nord", "Mers celtiques", "golfe de Gascogne" et "Méditerranée occidentale".

Elle comprendra :

  • une analyse économique et sociale de l'utilisation de ces eaux et du coût de la dégradation du milieu marin ;
  • une analyse des principales pressions et des impacts, notamment dus à l'activité humaine, sur l'état écologique de ces eaux ;
  • une analyse des caractéristiques essentielles et de l'état écologique de ces eaux permettant d’évaluer la distance qui nous sépare de ce qui est considéré comme le « bon état écologique » des eaux.

Retour aux actualités