Partager cette page Imprimer cette page Ajouter cette page à mes favoris Conseiller cette page à un ami Agrandir les caractèresRéduire les caractères

Protection des mammifères marins : des nouvelles des sanctuaires

19/12/2017 Patrimoine naturel - Antilles - Méditerranée

Cyril Gomez, directeur de l'Environnement de Monaco, prend la présidence de la Réunion des Parties à l'Accord Pelagos pour les deux prochaines années. Il succède à Xavier Sticker, ambassadeur français de l’environnement.

L’Accord Pelagos, signé par la France, l’Italie et la Principauté de Monaco le 25 novembre 1999 à Rome, est relatif à la création d’un sanctuaire pour protéger les mammifères marins et leurs habitats de toutes menaces d’origine humaine (pollutions, bruit, captures et blessures accidentelles, dérangement, etc.). Le sanctuaire Pelagos constitue un espace maritime de 87 500 km² et représente, en Méditerranée, la plus grande aire marine protégée.

Dispositifs pour éviter les collisions des navires avec les cétacés

Un arrêté du 11 décembre dernier précise les dispositifs disponibles pour le partage des positions de navires visant à éviter les collisions avec les cétacés dans les aires marines protégées Pelagos et Agoa (sanctuaire de mammifères marins aux Antilles, géré par l’Agence française pour la biodiversité).

Le système REPCET (repérage des cétacés) doit être installé sur les navires battant pavillon français de plus de 24 mètres circulant dans les eaux des deux sanctuaires (les navires français circulant moins de dix fois par an dans les eaux de ces aires marines protégées sont exemptés). Il permet de partager en temps réel la position des grands cétacés repérés par les équipages. L’arrêté du 11 décembre précise également que le directeur l’eau et de la biodiversité et le directeur des affaires maritimes (ministère de la Transition écologique et solidaire) sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l'exécution de l’arrêté.

Retour aux actualités