Partager cette page Imprimer cette page Ajouter cette page à mes favoris Conseiller cette page à un ami Agrandir les caractèresRéduire les caractères

Antifouling, des alternatives en développement

La reconquête de la qualité de l’eau, indispensable à la préservation de la biodiversité marine et à la production des ressources vivantes, est un enjeu local, national et international qui répond à plusieurs directives européennes (biocides, stratégie pour le milieu marin…).

Aujourd’hui pour lutter contre l’agglomération d’animaux et végétaux qui se fixent sur les parties immergées des bateaux (fouling), 99 % des bateaux sont recouverts sur leurs œuvres vives (parties immergées de la coque) de peintures antifouling composées d’une peinture ou base chargée en biocides de différentes natures.

Le recours à ces peintures a des conséquences néfastes sur l’environnement à terre comme en mer et sur la santé des usagers.

Au-delà de la réglementation en vigueur sur l’usage de ces peintures (et leur ponçage), des solutions alternatives se développent.

Étude et tests sur les coques et en labo

Afin d’avoir des données objectives sur ces produits, l’AFB et Finistère 360° ont décidé de tester ces alternatives et d’évaluer l’impact sur le milieu (relargage de substances et tests en écotoxicologie) et leur efficacité (contre le fouling) sur des bateaux sillonnant des aires marines protégées : le Parc naturel marin d’Iroise et l’archipel de Chausey. La délégation Normandie du Conservatoire du Littoral s’est en effet associé au projet pour tester les dispositifs sur le secteur de Chausey. Un site web dédié à la plaisance durable à Chausey a d’ailleurs été mis en place.

 

 

Ce travail sur les alternatives a permis d’analyser différentes solutions de lutte contre le fouling autour de quatre axes :

  • le coût du dispositif,
  • son efficacité contre le fouling,
  • son utilisation pratique,
  • son impact potentiel sur l’environnement marin.

Plusieurs partenaires ont accompagné le projet aux côtés de Finistère 360 (le porteur) et l’Agence française pour la biodiversité. Parmi eux l’Université de Bretagne Sud et LABOCEA qui ont réalisé l’analyse des suivis des coques des navires et de plaques immergées, les tests écotoxicologiques, l’identification des molécules relarguées par les dispositifs, ainsi qu’une analyse des déchets produits par l’utilisation de chaque alternative et leur possibilité d’élimination / recyclage (pot de peinture, bâche...). Les agents du parc naturel marin d’Iroise ont eux effectué le suivi « terrain » des navires et des plaques.

Les principaux résultats

L’étude a permis la production de fiches pour chaque produit testé répondant à quatre variables : efficacité du produit, praticité de la mise en œuvre, toxicité pour l’environnement et son coût.
Un tableau de synthèse permet à chacun de comparer les produits sachant qu’aucun n’est complètement neutre  pour l’environnement.

> Découvrez le tableau comparatif :

Grille résultats antifouling AFB  (698,31 kB)

Un film sur l'antifouling