Partager cette page Imprimer cette page Ajouter cette page à mes favoris Conseiller cette page à un ami Agrandir les caractèresRéduire les caractères

Exploration des canyons sous-marins dans le cadre du projet de parc naturel marin du golfe du Lion

Le Parc naturel marin du golfe du Lion comprend, au large, trois canyons sous-marins : Lacaze-Duthiers, Pruvot et Bourcart. Situés à plus de 20 km de la côte, ils ont été explorés entre 200 et 500 m de profondeur, dans le cadre d’une vaste campagne scientifique d’exploration des canyons de Méditerranée menée par l’Agence en 2008.

Les enjeux de la campagne

Cette campagne nationale a permis d’obtenir un état de référence des écosystèmes de ces vallées sous-marines et de fournir des arguments scientifiques pour la création d’aires marines protégées. Les résultats obtenus localement ont confirmé le caractère exceptionnel et l’intérêt de ces canyons en termes de patrimoine et de ressources naturels. Ils ont conforté le choix d’intégrer ces canyons dans le périmètre du Parc naturel marin du golfe du Lion, créé en 2011.

Les observations locales

Le canyon Lacaze-Duthiers

Grâce aux plongées effectuées en sous-marin et engin telécommandé (ROV), le canyon Lacaze Duthiers apparait comme exceptionnel par la richesse et la diversité de ses habitats et de sa faune. Des coraux profonds d’eaux froides (Madrepora oculata,Lophelia pertusa, Desmophyllum cristagalli, Dendrophyllia cornigera) ont été identifiés. Ces coraux, rares, sont protégés par des conventions internationales.

 

Les espèces patrimoniales

  • 35 espèces remarquables ou menacées ont été recensées au total, tant en surface (oiseaux, mammifères marins) qu’en profondeur, dont par exemple un requin Centrine ;
  • 11 espèces commerciales de poissons et de crustacés ont été observées.

Les canyons sont le refuge de beaucoup d’espèces qui y trouvent nourriture, abri et conditions propices pour se reproduire et se développer. Cette richesse du milieu est attestée par la présence simultanée des prédateurs supérieurs que sont les oiseaux, les mammifères marins,… et les pêcheurs. Ils constituent de véritables oasis de vie pouvant contribuer de manière déterminante au bon fonctionnement des écosystèmes des zones côtières et du plateau continental adjacents (biodiversité, abondance…).

Les impacts des activités

Les traces des activités humaines ont été observées : de nombreuses palangres ainsi que des déchets de toute nature (plastiques, ferrailles, débris de chalut, …) s’accumulent. Ces déchets n’étaient pas visibles dans les années 60. Les canyons sont fragiles et sont affectés par les activités humaines telles que la pollution et la surpêche.