Partager cette page Imprimer cette page Ajouter cette page à mes favoris Conseiller cette page à un ami Agrandir les caractèresRéduire les caractères

Programme d’acquisition de connaissances sur les oiseaux et les mammifères marins dans les eaux métropolitaines françaises (Pacomm, 2010 – 2014)

En 2010, l’Agence et ses partenaires ont lancé un programme de collecte de données sur les oiseaux et les mammifères marins dans les eaux métropolitaines françaises pour répondre à deux enjeux dans le cadre de la mise en œuvre du réseau Natura 2000 en mer : 
1) identifier des zones d’importance pour les oiseaux marins et les mammifères marins d’intérêt communautaire au delà des 12 milles nautiques, afin de combler nos lacunes de désignation et ainsi proposer des nouveaux sites Natura 2000 à la Commission européenne pour l’automne 2015,
2) élaborer un état initial biologique des sites Natura 2000 déjà désignés pour ces espèces, afin d’alimenter les documents d’objectifs des sites N2000 et proposer des actions de gestion en faveur de la conservation de ces espèces. 

Ce programme, qui est terminé, a permis de mettre en œuvre des technologies complémentaires pour le suivi des prédateurs supérieurs marins dans l’objectif plus particulièrement :

  • de connaître la répartition spatio-temporelle et les abondances relatives des espèces,
  • d’identifier leurs habitats préférentiels et de les caractériser,
  • de comprendre la place des espèces considérées dans l’écosystème marin,
  • d’identifier les interactions potentielles avec les activités anthropiques,
  • d’évaluer l’impact des interactions identifiées et d’en qualifier les perturbations pour mettre en œuvre des mesures de gestion appropriées,
  • de proposer des indicateurs de suivi de l’état de conservation de la biodiversité marine.

Plan d’actions 2010-2014

Le Ministère en charge du Développement durable a délégué à l’Agence la mise en œuvre opérationnelle d’un programme de connaissances sur les oiseaux et les mammifères marins. 

En s’appuyant sur le travail d’un comité scientifique réunissant le Muséum national d’Histoire naturelle (MNHN), l'Observatoire Pelagis (UMS 3462 – Université de La Rochelle), le Centre d’étude biologique de Chizé (CNRS-CEBC) et le Centre d’écologie fonctionnelle et évolutive (CNRS-CEFE), un programme et des protocoles d’acquisition ont été élaborés.

Ainsi, quatre actions, à l’échelle des façades maritimes, ont été programmées. Leurs protocoles ont été adaptés pour répondre aux deux problématiques de l’évaluation initiale des sites déjà désignés et de la désignation de nouveaux sites au large (dans la limite des capacités des moyens de prospection utilisés)  :

1. Des campagnes aériennes

Quatre survols de l’espace maritime métropolitain et ses zones limitrophes ont permis d’évaluer la distribution des prédateurs supérieurs marins et sa variabilité saisonnière sur une année de référence. Les campagnes aériennes ont été réalisées au cours de l’hiver 2011/2012 et de l’été 2012. Les analyses scientifiques ont permis de produire des estimations de densité et d’abondance pour les oiseaux et les mammifères marins, ainsi que de modéliser leur distribution (analyse géostatistique) et leurs habitats préférentiels (modèles d’habitats) en fonction de la saison. Cette étude a été pilotée par l’observatoire Pelagis et le CEBC-CNRS

2. Des observateurs embarqués sur les bateaux

Des observateurs de la mégafaune marine ont embarqué sur les campagnes halieutiques de l’Ifremer (EVHOE, PELGAS, IBTS, PELMED..). Ces suivis sur plateforme maritime ont permis de compléter les données aériennes pour l’évaluation des variations interannuelles et la compréhension du lien fonctionnel proie-prédateurs qui régit ces écosystèmes. 

3. Balisage électronique des puffins

La pause d’instruments enregistreurs de position (GPS, Balise Argos, balises GLS et TDR) sur des puffins cendrés et yelkouan des colonies méditerranéennes a permis d’informer sur la dynamique des populations de ces espèces cibles. Les opérations se sont déroulées sous le pilotage du CEFE-CRNS

4. Détection acoustique sous-marine des marsouins

Piloté par l’observatoire Pelagis, ce projet a visé à déployer un réseau d’hydrophones sous-marins (enregistrements sonores sous-marins) pour la détection acoustique des cétacés, en particulier pour les marsouins communs difficiles à observer par voie aérienne. Cette étude a donc consisté à tester à vraie grandeur l’efficacité d’un suivi acoustique via deux observatoires acoustiques « pilotes » : le Parc naturel marin d’Iroise et la sortie du bassin d’Arcachon. 

Une 5ème action complète ce programme à travers un suivi et un soutien de projets locaux. En effet, des projets complémentaires menés localement ont été mis en œuvre :

  • études des grands dauphins dans le golfe normand-breton ainsi qu’en Méditerranée,
  • études spécifiques sur certains oiseaux marins comme les cormorans huppés, les sternes, les macreuses,…

Le programme PACOMM vise à éviter la redondance d’acquisition entre ces programmes et les programmes nationaux, et apporter un appui pour améliorer la cohérence de l’ensemble de l’action publique sur cette thématique.
D’autres projets, européens et nationaux, viennent compléter ce dispositif (notamment le projet FAME porté par la LPO sur le suivi des fous de Bassan et des puffins des Baléares par des observations depuis la côte notamment et de la télémétrie).

En 2014, un séminaire clôturant le programme a rassemblé l’ensemble des acteurs des thématiques oiseaux et mammifères marins afin de permettre les échanges scientifiques entre les différents projets, procéder à des analyses conjointes et apporter des réponses aux questions posées par les politiques publiques.

Téléchargez le compte-rendu de l'atelier final PACOMM

Quelle suite au programme PACOMM ?

Au-delà des enjeux liés à Natura 2000, le programme d’acquisition de connaissances sur les oiseaux et mammifères marins a également permis de dimensionner les recommandations des experts pour l’élaboration du programme de surveillance de la directive-cadre "stratégie pour le milieu marin" (DCSMM) à la fois pour les oiseaux, les mammifères marins et les tortues, dont le contenu final a été adopté en juin 2015 pour les 4 sous régions marines françaises. La suite est maintenant consacrée à la mise en œuvre effective de la surveillance du milieu marin (dont oiseaux, mammifères marins et tortues) afin d’évaluer l’état écologique de nos eaux marines.

L’Agence des aires marines protégées est responsable de la coordination des programmes de surveillance thématiques « oiseaux » et « mammifères marins et tortues ». Elle assurera également la maîtrise d’ouvrage d’un certain nombre de dispositifs de suivi au sein de ces programmes. Par exemple, il est recommandé dans le programme de surveillance DCSMM d’effectuer de nouvelles campagnes aériennes de suivi de la mégafaune marine sur l’ensemble de la métropole tous les 6 ans en hiver et en été, l’agence pourra en assurer la maitrise d’ouvrage. Les données recueillies dans le cadre de cette surveillance contribueront également aux exigences N2000.

[dernière mise à jour : 03/2016]