Partager cette page Imprimer cette page Ajouter cette page à mes favoris Conseiller cette page à un ami Agrandir les caractèresRéduire les caractères

Suivi satellitaire des tortues caouanes du golfe de Gascogne

L’Agence s’est associée au Centre d’études et de soins des tortues marines de la Rochelle afin d’approfondir les connaissances sur la tortue caouanne du Golfe de Gascogne, l’espèce de tortue marine fréquentant majoritairement nos côtes tempérées. Le suivi satellitaire ou télémétrique a vocation à fournir des éléments de connaissance sur le comportement de ces animaux représentatifs d’une communauté patrimoniale. Lorsque les tortues s’échouent,suite à des tempêtes hivernales notamment, elles sont marquées, puis suivies. Une balise posée sur les tortues fournit des indications qui peuvent notamment permettre d’identifier les secteurs préférentiels de gestion des usages impactant, ou de proposer des mesures de gestion spécifiques.

Recueil des tortues échouées

Le Centre d’études et de soins des tortues marines (C.E.S.T.M.) de l’Aquarium de La Rochelle, héberge et soigne les tortues marines qui s’échouent vivantes, sur le littoral Atlantique français. Il recueille majoritairement des jeunes tortues caouannes. Elles sont retrouvées pour la plupart d’entre elles, en période hivernale (de janvier à avril) au moment où les températures de l’eau sont inférieures à 10°C. Les principaux symptômes observés sur les individus sont la léthargie et l’hypothermie. Des symptômes qui sont associés au phénomène que l’on appelle le « coldstunning ». Ce phénomène est réversible lorsque les individus sont placés dans des aquariums d’eau de mer où la température est progressivement ramenée à une température propice à leur développement, vers 20-25°C.

Suivi de ces tortues soignées et réintroduites en milieu naturel

Les tortues sont hébergées en moyenne entre 4 à 8 mois au C.E.S.T.M. avant d’être relâchées dans leur environnement naturel lorsque leur comportement indique qu’elles sont en bonne santé (bonne prise de nourriture,sondage et bonne apnée : le suivi de leur croissance au cours de leur hébergement permet également de voir si les tortues sont aptes ou pas à retourner dans le milieu naturel). Les relâchés s’effectuent l’été, lorsque les températures de l’eau sont plus clémentes.

Sur 151 tortues caouannes recueilles puis remises à l’eau, aucun retour d’informations n’a été fait pour 135 d’entre elles. Ce constat laisse supposer que les tortues marines reprennent un comportement migratoire comparable à celui d’un animal sauvage.

Les possibilités de réintroduction dans le milieu naturel de tortues marines maintenues en captivité ont été étudiées. En Méditerranée,des suivis satellitaires ont été réalisés et ont permis de comparer le comportement des individus maintenus en captivité pendant plusieurs années (2, 4 et 29 ans) et ceux capturés dans le milieu naturel et maintenus seulement pour les besoins de la pose de l’émetteur satellitaire (quelques heures). Les résultats ont indiqués que les individus maintenus pendant  plusieurs années en captivité avaient le même comportement que les individus n’ayant jamais quittés le milieu naturel.

L’implication de l’Agence

En 2008, l’Agence s’est associée au C.E.S.T.M afin d’intensifier l’effort d’acquisition de connaissance sur cette espèce patrimoniale très mal connue mais pour laquelle l’Agence doit initier des mesures spécifiques de gestion. La carte présentée ci-dessous montre le parcours effectué par les trois tortues balisées au printemps 2009. Les informations fournies par l’ensemble des tortues marquées sont en cours d’analyse et devraient apporter des informations précieuses sur les zones fréquentées par les tortues caouannes et leur temps de résidence dans le golfe de Gascogne.