Partager cette page Imprimer cette page Ajouter cette page à mes favoris Conseiller cette page à un ami Agrandir les caractèresRéduire les caractères

Un outil de surveillance standardisé du littoral, des limicoles et des habitats sédimentaires estuariens 

L’Observatoire « Littoral, Limicoles et Macrofaune benthique» animé depuis 2000 par « Réserves Naturelles de France » et soutenu financièrement par l’Agence des aires marines protégées depuis 2009 est un outil de surveillance visant à suivre et anticiper les changements de notre littoral sur l’ensemble des AMP et les autres territoires concernés par ces enjeux. Il doit son origine à un groupe de gestionnaires de réserves naturelles littorales dont le souhait était de standardiser leurs suivis scientifiques pour une meilleure compréhension de leurs espaces naturels en perpétuelle évolution.

Pourquoi surveiller les limicoles côtiers ?

Les oiseux limicoles côtiers sont de petits échassiers migrateurs qui se situent au sommet de la chaine alimentaire et constituent ainsi de bons indicateurs des changements de l’environnement. Applicable à de larges territoires, reproductible et facile à mettre en œuvre, le protocole de surveillance de ces oiseaux vise à enregistrer une fois par mois les principaux paramètres caractérisant le stationnement des oiseaux limicoles côtiers. La comparaison des données recueillies sur les aires marines protégées avec celles collectées en dehors de ces aires permet d’évaluer les effets des dispositifs de gestion et de protection de la nature mis en place.

Un observatoire en lien avec les réseaux et les dispositifs de suivi existants

Initié en 2000, ce dispositif de surveillance continue des oiseaux limicoles côtiers est aujourd’hui mis en œuvre sur plus d’une trentaine de localités littorales en complémentarité des comptages nationaux et internationaux conduits à la mi-janvier (Wetlands International). En lien avec ce dispositif de suivi, un protocole de surveillance des habitats sédimentaires estuariens est testé depuis 2007 sur dix localités du littoral Manche-Atlantique.

Ce protocole de surveillance, qui met à disposition un outil de veille adapté aux enjeux de conservation des milieux littoraux, a pour finalité d’obtenir des données standardisées et comparables à l’échelle du littoral français. Il permettra ainsi de fournir des éléments pour évaluer les dispositifs déjà en place et accompagner l’émergence de nouvelles stratégies de conservation de la nature.

Les principaux objectifs de l’Observatoire

Une centralisation des données de surveillance :

  • Le mode de fonctionnement « inter-site » de l’Observatoire se traduit par le développement d’une base de données commune, partagée et interopérable 
  • Les données littorales de l’Observatoire sont stockées et sécurisées via le logiciel SERENA qui centralise l’ensemble des données du patrimoine naturel présent dans les réserves naturelles françaises.
  • Dynamiser et structurer les échanges entre les gestionnaires des différents espaces naturels littoraux 
  • Alimenter le Tableau de bord des AMP
  • Contribuer à l’Observatoire National de la Biodiversité 
  • Apporter des éléments d’analyse sur le rôle des espaces protégés pour la conservation et la protection du patrimoine naturel littoral  
  • Intégrer les espaces naturels du littoral à des programmes de surveillance et de recherche 
  • Travailler à une meilleure gestion et conservation des espaces littoraux

Affiche de présentation de l’Observatoire

Perspectives : étendre les zones de surveillance

Début 2012, l’Agence et Réserves Naturelles de France ont prévu d’étendre l’Observatoire à d’autres territoires et façades pour disposer, à terme, d’un outil de veille et de surveillance représentatif à l’échelle du littoral français.

Vers un élargissement de l’Observatoire :

  • une première mise en œuvre du protocole de surveillance des limicoles côtiers en outre-mer a été initiée en 2010 dans les Caraïbes, en collaboration avec le gestionnaire de la Réserve Naturelle Nationale de Saint-Martin ;
  • Il est prévu d’adapter la surveillance des habitats benthiques estuariens pour la Méditerranée et l’outre-mer qui a été testée en 2011 sur la façade Manche-Atlantique.