Partager cette page Imprimer cette page Ajouter cette page à mes favoris Conseiller cette page à un ami Agrandir les caractèresRéduire les caractères

Affiner votre recherche

Colloque mammifères marins – Dans le sillage des mammifères marins

Du 21/11/2008 au 23/11/2008 - La Rochelle

L’Université de La Rochelle (ULR) et l’Agence des aires marines protégées organisent le colloque « Stratégies de suivi de l’état des populations de mammifères marins », du 21 au 23 novembre 2008, à la Rochelle, avec le soutien du CNRS, de la Région Poitou-Charentes et du Ministère de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement durable et de l’Aménagement du territoire (MEEDDAT).

Il existe plusieurs pratiques de suivi des populations de mammifères marins : comptage par survol aérien, observation depuis des bateaux, veille acoustique, suivi des animaux échoués…Chacune d’elle fournit des informations spécifiques aux scientifiques. Certaines méthodes de suivi vont donner des indications sur l’abondance et la distribution de l’espèce, son état démographique (taux de fécondité et de mortalité), d’autres sur son état sanitaire (pathologies, causes de mortalité).

L’objectif final est de déterminer l’état de conservation des espèces.

Ce colloque se propose de recenser les pratiques de suivi des populations utilisées en Europe, de les comparer entre elles et d’évaluer la performance des différents indicateurs.

Les participants analyseront les méthodes existantes en fonction des buts visés mais aussi des contraintes matérielles possibles (budgétaires, météorologiques, humaines…) et définiront les indicateurs les plus pertinents et représentatifs à utiliser. L’objectif est aussi de recommander, si nécessaire, des études complémentaires et proposer les éléments d’une stratégie globale de surveillance des populations de mammifères marins.

Pour plus d’informations sur le colloque du 21/23 novembre, à la Rochelle :

http://marinemammal.univ-lr.fr/colloque2008.html#soireeGP

Ce séminaire illustre la coopération entre l’Agence des aires marines protégées et l’Université de La Rochelle. En effet, les deux établissements ont signé cette année une convention dans le domaine des connaissances et du suivi des mammifères marins, champ d’expertise du Centre de Recherche sur les Mammifères Marins de l’ULR. Ces données serviront à l’Agence des aires marines protégées pour faire un état des lieux de la biodiversité et des écosystèmes marins dans les eaux sous-juridiction française.

 Deux campagnes d’observation déjà menées en Guyane et aux Antilles.

L’Agence des aires marines protégées et le Centre de Recherche sur les Mammifères Marins ont lancé une première campagne de suivi des populations de mammifères marins aux Antilles, en février et mars 2008. La méthode de suivi choisie a été le survol aérien car elle permet de produire une photographie instantanée et globale de la répartition des mammifères marins et de leurs habitats préférentiels. Les espèces les plus souvent observées ont été la baleine à bosse et le cachalot, et les équipes scientifiques ont aussi pu observer une grande diversité d’oiseaux de mer, des tortues marines et les activités humaines en mer.

Les données recueillies serviront d’aide à la décision pour la création d’un sanctuaire pour les mammifères marins dans les Antilles françaises.

Une seconde campagne vient de s’achever en Guyane. L’exploration dans cette zone, assez méconnue des scientifiques, fut riche en résultats et en surprises, notamment l’abondance très élevée de cétacés.

Ces campagnes seront répétées tous les 5 ans avec la même méthodologie, afin d’avoir les données les plus complètes possibles et d’appréhender les évolutions.

Ces campagnes de suivi prennent place dans une politique globale d’évaluation de la qualité des eaux marines françaises. Situés au sommet de la chaine alimentaire, les mammifères marins sont de bons  indicateurs  de l’état écologique du milieu marin. Les données recueillies permettent de suivre et de comprendre le comportement de ces espèces, mais aussi de disposer d’informations sur l’état du milieu. Elles permettent d’évaluer l’état de conservation des populations et des habitats, d’identifier les impacts possibles des activités humaines et de proposer des mesures de gestion efficaces, comme par exemple, la création d’une aire marine protégée.

Retour à l'agenda