Partager cette page Imprimer cette page Ajouter cette page à mes favoris Conseiller cette page à un ami Agrandir les caractèresRéduire les caractères

Antenne Atlantique : agir en réseau

Basée à Brest, l’antenne Atlantique met œuvre à l’échelle de cette façade les missions d’appui aux politiques publiques de l’Agence en matière de création et de gestion d’aires marines protégées et de protection du milieu marin.
A la clef :

  • le projet européen MAIA, dédié aux aires marines protégées  de l’Arc atlantique,
  • le suivi et le soutien aux gestionnaires d’AMP dans une logique de travail entre sites
  • le développement de projets expérimentaux.

L’antenne dimensionne son appui aux politiques publiques sur la question de la protection de la mer en privilégiant une démarche transversale et à plusieurs échelles géographiques.

Plus d’une centaine de sites Natura 2000, plusieurs réserves naturelles, un parc naturel marin et plusieurs missions d’études de parcs, le périmètre d’intervention de l’antenne Atlantique offre un beau panorama de la diversité des aires marines protégées ! Cette multiplicité des outils mis en œuvre révèle un patrimoine naturel et culturel marin riches et divers. A ce titre, l’antenne participe aux différentes politiques publiques dédiées à la protection de la mer sur le Golfe de Gascogne et la Manche Ouest. Le travail en réseau constitue son quotidien à l’échelle locale, régionale et même international.  En effet, l’antenne coordonne le projet européen MAIA relatif au réseau de gestionnaires d’aires marines protégées de l’Arc atlantique.

Le fonctionnement de l’Antenne

Installée à Brest depuis janvier 2009, l’Antenne intervient de la Bretagne à l’Aquitaine pour tout ce qui relève des actions liées aux aires marines protégées ou projet de création d’aires marines protégées, de type parc naturel marin ou réserve naturelle marine.
Par ailleurs, une chargée de mission est basée à Nantes, auprès de la Direction inter-régionale de la mer (DIRM) Nord Atlantique-Manche Ouest pour travailler sur la Directive cadre stratégie pour le milieu marin (DCSMM) et notamment pour les sous-régions marines Golfe de Gascogne et Mers Celtiques.
L’équipe en charge du projet européen MAIA fait également partie de l’Antenne Atlantique . Les actions élaborées dans le cadre de ce projet débuté en 2010, et pour trois ans, permettent une animation de la façade atlantique française très positive.

Question d’échelles : une aire marine protégée doit constituer une réponse à des enjeux locaux, mais est aussi le maillon d’un réseau à échelle plus large. Elle participe à une protection d’ensemble du milieu marin.

Axe prioritaire : favoriser les échanges techniques, partager les questionnements, transférer des savoirs… En résumé, créer du lien pour le profit de tous et au bénéfice de la protection de la mer qui doit être abordée du local au global.

Construire du lien entre les aires marines protégées

Parmi les nombreux dossiers que traite l’antenne, promouvoir le réseau des gestionnaires constitue une priorité. Cet objectif repose par exemple sur l’édition d’une lettre d’information dédiée aux gestionnaires de façade ou l’organisation de rencontres techniques entre gestionnaires. Ces deux actions régionalisées s’inscrivent dans le mandat national dont dispose l’Agence a vis-à-vis de l’animation du Forum des gestionnaires des aires marines protégées.
Par ailleurs, il appartient à l’antenne avec les différents partenaires de l’Agence de mettre en œuvre des travaux et démarches à caractère scientifique via la mobilisation d’experts. Des rencontres sont régulièrement organisées afin de conforter les propositions de protection du milieu marin ou évaluer les actions et projets mis en œuvre. Les enjeux de gestion, de conservation, de suivi ou d’évaluation ouvrent un champ de questions immense pour lesquelles il est fondamental d’obtenir des réponses, notamment en termes de mesure de l’efficacité.
L’antenne coordonne et bénéficie du programme européen MAIA, visant à structurer un réseau de gestionnaires des aires marines protégées sur l’Arc atlantique car il permet de créer une véritable émulation entre les gestionnaires des différents pays partenaires ainsi qu’au niveau de chaque pays : des sites-ateliers sont retenus pour expérimenter certaines démarches ou méthodologies. L’Antenne s’implique dans l’élaboration de ces projets pilotes qui constituent également une source de mobilisation des gestionnaires très favorable à cette philosophie de travail en réseau.

Participer à la création d’aires marines protégées

En appui aux politiques publiques de façon générale, l’Agence et ses antennes travaillent auprès des services de l’Etat pour proposer des réponses techniques et juridiques concernant la création d’aires marines protégées.
Dans ce cadre des travaux réalisés par l’Antenne, les analyses stratégiques régionales (ASR) constituent une contribution très forte. En effet, la première stratégie nationale de création d’aires marines protégées (validée par l’État le 20/11/2007) prévoyait la réalisation d’études complémentaires sur différents territoires. Les préfets ont été chargés par le Ministère du Développement durable  de mener à bien deux analyses régionales concernant le grand ouest français : la première concernait la Bretagne Nord / Ouest Cotentin , la seconde, la Bretagne Sud / Pays de la Loire, l’antenne réalisant le travail technique suivant une méthode relativement innovante.
Objectif : établir un diagnostic des enjeux environnementaux à l’échelle de ces façades et à un niveau plus local afin d’identifier les types d’AMP à mobiliser pour répondre à ces enjeux.
Ces ASR ont fait l’objet d’une association des acteurs de ces espaces littoraux et marins à tous les stades. Elles ont permis d’identifier l’intérêt de mettre à l’étude un parc naturel marin sur le golfe normand-breton ainsi que sur le secteur du Mor Braz. D’autres propositions de protection ont aussi été avancées et ce, dans le cadre de l’élaboration des documents d’objectifs des zones Natura 2000. Ces espaces marins  déjà protégés abritent des enjeux de biodiversité tels qu’il est nécessaire de consolider et renforcer les efforts de protection et de gestion.
Ces différentes propositions reflètent une stratégie d’ensemble qui consiste à penser la préservation de la mer à travers un maillage cohérent d’outils de protection aux finalités et modes de gestions.  Cette gestion dite « intégrée »  écho à une approche à l’échelle des écosystèmes. 
Cette approche d’ensemble et cette méthode ont également été appliquées par l’antenne pour d’autres projets à l’instar de rencontres techniques sur la Haute Mer organisées sous l’égide d’OSPAR en décembre 2008 par l’Agence et le Ministère du développement durable sous la Présidence française de l’Union européenne. Ces contributions techniques ont également alimenté des discussions sur la création d’aires marines protégées au cœur de l’Atlantique du Nord Est, notamment concernant la faille surnommée Charlie Gibbs.

Initier des programmes de connaissance

L’antenne contribue à différents programmes de connaissance pour les parcs naturels marins ou en projet de son secteur.
Participation au Programme CORMOR : le Cormoran huppé, un indicateur de la qualité des écosystèmes côtiers
Dans le cadre de l’acquisition de connaissances sur des territoires intéressants plusieurs AMP et notamment dans la perspective d’une mission d’étude sur le Mor Braz, l’antenne s’est rapprochée de l’association Bretagne Vivante-SEPNB pour participer à la mise en œuvre de travaux sur les cormorans huppés, en association avec le CEBC et l’OROM (Observatoire régional des oiseaux marins). Ce programme baptisé « CORMOR » vise à évaluer la possibilité d’utiliser le cormoran huppé Phalacrocorax aristotelis, comme indicateur de la qualité de l’écosystème côtier du Morbihan. Ce programme est relié à d’autres territoires, y compris en Galice et en Ecosse et les comparaisons possibles seront très certainement riches d’enseignements.

Des acquisitions de données

Avec l’Ifremer – Laboratoire Dyneco / Ecologie Benthique :  valorisation de données d’écologie marine autour de la Bretagne et l’étude des effets des panaches estuariens sur la répartition des habitats ;
Avec l’association Estuaires Loire Vilaine  : caractérisation de l’état de santé des masses d’eaux côtières et fonds marins dans le secteur Loire et contribution à la mise au point d’un réseau opérationnel de suivi de la qualité des eaux côtières avec comme indicateur les laminaires.
D’autres programmes sont en cours de développement en lien avec les missions d’études de parcs naturels marins ou pour soutenir la création de nouvelles aires marines protégées, à la côte ou au large

Participation à 20 000 yeux sous l’Atlantique

Le projet de Réseau d’observateurs en plongée (Rop) que met en place l’Agence constitue une opportunité pour améliorer la connaissance de certaines espèces ou habitats. Ce réseau s'inscrit dans la logique des sciences participatives. Un des volets est d’offrir un portail permettant d’inventorier toutes les démarches existantes. Entre ces initiatives existantes, l’Agence Agence des aires marines protégées propose une initiative propre qu’elle a baptisée « 20 000 yeux sous les mers » en écho également à la signature d’une convention cadre avec la Fédération française d’étude et de sports sous-marins. (FESSM).
Cette initiative consiste à promouvoir une démarche de sensibilisation et de collecte de données marines à des échelles larges (ex : parc naturel marin, Manche occidentale, Atlantique). L’Antenne a initié au début de l’été 2011 un programme « 20 000 yeux sous l’Atlantique » qui prend appui sur une action expérimentale associant le Comité inter-regional Bretagne Pays de Loire de la FFESSM, l’Association Peau Bleu, le Laboratoire des Sciences de l’Environnement Marin. Ce travail exploratoire s’intéresse aux hippocampes mais aussi aux zostères (plantes aquatiques marines), eu égard aux besoins exprimés par des gestionnaires d’aires marines protégées sur ces espèces. Cette démarche sera sans nul doute appropriée par les différents réseaux impliqués dans l’observation et la surveillance des fonds marins sur le pourtour Atlantique… A terme, de nouvelles espèces viendront s’ajouter à la liste.

Coordonnées de l’antenne Atlantique

Adresse physique :

Antenne Atlantique de l’Agence française pour la biodiversité
8 rue du Batonnier Guinaudeau
44000 Nantes

Tel : 02 40 13 49 05

Adresse postale :

Agence française pour la biodiversité – Antenne Atlantique
C/O DIRM NAMO
2, boulevard Allard
BP 78749
44 187 Nantes cedex 4