Partager cette page Imprimer cette page Ajouter cette page à mes favoris Conseiller cette page à un ami Agrandir les caractèresRéduire les caractères

Les enjeux : une mer soumises aux pressions humaines

La mission d’étude s’appuie sur un premier état des lieux réalisé en 2010 par l’Agence des aires marines protégées sous le pilotage d'un comité de concertation local.

Cette analyse stratégique régionale de Martinique met en évidence de nombreuses pressions sur le milieu naturel.

  • Les écosystèmes marins de la Martinique, particulièrement les récifs coralliens, mais aussi les mangroves et les herbiers, sont soumis à de multiples pressions humaines et se dégradent.
  • Certaines espèces de poissons et de crustacés sont contaminées par la chlordécone, un pesticide utilisé par le passé dans la culture de la banane. Du coup, les produits de la pêche de plusieurs zones, particulièrement dans les fonds de baies et aux embouchures des rivières, sont interdites, totalement ou partiellement, à la consommation humaine et donc à la pêche. Plus généralement, le rejet en mer des pesticides utilisés en agriculture et dans les jardins est une des composantes majeure de dégradation des milieux.
  • Les baies, dont la principale est celle de la capitale Fort-de-France, sont les réceptacles des pollutions terrestres, d’autant plus importantes que l’habitat urbain, résidentiel et touristique se développe rapidement. Dans un contexte de forte démographie, l’épuration des eaux des rejets domestiques est le grand défi des années à venir.
  • De nombreuses activités maritimes cohabitent sur le plan d’eau : un important trafic de passagers et de conteneurs, une petite pêche côtière mais également une économie touristique à fort potentiel. Les bateaux de plaisance nécessitent de vastes marinas. Elles occupent de larges zones de mouillages peu ou mal équipées pour la récupération des déchets et le carénage.
  • Les activités de loisir sont très diversifiées et se développent rapidement : nautisme à voile et à moteur, sports de nature (kayak, kitesurf ou surf par exemple), plongée sous-marine, chasse sous-marine, mais aussi observation des mammifères marines ou promenades en mer.

La concertation animée par la mission d’étude permettra aux martiniquais de définir un projet de parc naturel marin cohérent, prenant en compte ces enjeux.