Partager cette page Imprimer cette page Ajouter cette page à mes favoris Conseiller cette page à un ami Agrandir les caractèresRéduire les caractères

Patrimoine naturel

Située dans l’archipel des Antilles à la frontière entre l’océan Atlantique et la mer des Caraïbes, la Martinique bénéficie d’une situation géographique lui offrant les conditions environnementales propices à l’installation d’une biodiversité marine exceptionnelle. Séparée de l’océan Pacifique depuis 3 millions d’années lors de la formation de l’isthme de Panama, la faune et la flore marine des Caraïbes offrent une spécificité tout à fait exceptionnelle.

Un patrimoine d'exception

Trois écosystèmes majeurs : mangroves, herbiers de phanérogame et récifs coralliens

Les trois écosystèmes tropicaux marins majeurs sont retrouvés sur le pourtour de l’île : mangroves, herbiers de phanérogames et récifs coralliens. Ces écosystèmes jouent un rôle fonctionnel important pour les différents stades de vie des espèces marines tantôt zone de frayère, de nurserie ou de nourricerie. Ils offrent également différents types d’habitats indispensables à l’installation d’une vie marine abondante. En plus de ces fonctions biologiques, ces habitats apportent une protection physique des côtes en atténuant les impacts des houles cycloniques, l’érosion des côtes et l’apport des particules sédimentaires dans le milieu marin. Toutefois le maintien de ces fonctionnalités nécessite un bon état de santé de ces écosystèmes.

Des espèces emblématiques

La Martinique présente d’autres types d’habitats indispensables à la survie des populations d’espèces emblématiques telles que les oiseaux et les tortues marines. En effet, les îlots et falaises rocheuses offrent des sites de nidification pour les différentes espèces d’oiseaux marins réparties dans cette zone. La Martinique est une halte migratoire majeure pour nombre d’entre eux. De plus, trois espèces de tortues marines ont été observées en ponte sur une grande majorité des plages martiniquaises et leur nombre est en accroissement depuis quelques années.

Les eaux martiniquaises accueillent aussi 21 espèces de mammifères marins. Le sanctuaire Agoa leur assure une protection renforcée dans toutes les eaux sous juridictions françaises des Antilles.

A dire d’experts, les récifs coralliens martiniquais sont parmi les mieux conservés des petites Antilles malgré une hétérogénéité de leur état de santé autour de la Martinique. Au sein de ces communautés coralliennes, quatre espèces à forte valeur patrimoniale inscrites sur la liste rouge de l’UICN (Union international pour la conservation de la nature) comme espèces en danger ou en danger critiques d’extinction sont présentes : Orbicella faveolata, Orbicella annularis, Acropora palmata et Acropora cervicornis.

Richesses culturelles

La Martinique compte des richesses culturelles précieuses retraçant les différentes phases des migrations humaines sur l’île depuis l’époque Amérindienne jusqu’à nos jours. Des vestiges sous-marins sont d’ores et déjà recensés et protégés tels que les épaves de la Baie de Saint-Pierre, souvenirs de la dramatique explosion de la montagne Pelée en 1902. Ce patrimoine culturel est aussi composé de biens immatériels tels que chants ou légendes faisant références à la mer.

Un patrimoine fortement menacé

Malheureusement, toute cette richesse patrimoniale est fortement menacée par de fortes pressions anthropiques. L’urbanisation importante de la Martinique, mal maitrisée et s’accompagnant de graves manquements au traitement efficient des eaux usées, est une des principales menaces pesant sur la qualité des eaux et des habitats marins.

L’apport terrigène, dû au lessivage des sols agricoles, à l’extraction de matériaux de construction et à l’imperméabilisation des sols par l’urbanisation, perturbe le bon fonctionnement de milieux sensibles à de trop fortes charges en particules fines.

Les pesticides et d’autres substances étrangères sont également sources d’importantes pollutions.

Sur le plateau côtier, l’emploi d’engins de pêche non sélectifs et pour certains destructeurs des fonds marins, auquel vient s’ajouter lors des activités de loisirs des pratiques de mouillages non respectueuses de l’environnement, sont aussi de graves menaces qu’il convient de maitriser pour préserver ce patrimoine remarquable.