Partager cette page Imprimer cette page Ajouter cette page à mes favoris Conseiller cette page à un ami Agrandir les caractèresRéduire les caractères

Parc naturel marin de l’estuaire de la Gironde et de la mer des Pertuis

Les activités humaines

A l’est du golfe de Gascogne, le Parc naturel marin de l’estuaire de la Gironde et de la mer des Pertuis s’étend de l’embouchure du Payré en Vendée au nord, à la pointe de la Négade au sud.

Cette vaste zone abrite un grand nombre d’activités économiques, professionnelles ou de loisirs.

Des activités diversifiées

La conchyliculture et la pêche

Le Parc est la première région conchylicole française, avec trois bassins principaux : Marennes Oléron, le bassin nord-charentais et le pertuis breton.
Les claires, les tables, les parcs à huîtres, les cabanes ostréicoles ou les bouchots (pieux sur lesquels sont élevés les moules) marquent profondément les paysages.

La pêche professionnelle regroupe de nombreuses spécialités : en mer avec les filets, casiers, palangres, dragues, chaluts pélagiques et de fonds, et au bord de l’eau avec la pêche à pied. Les produits de la pêche sont débarqués à la criée, aussi appelée « halle à marée ». Sur les marchés de la zone, les quatre espèces les plus vendues sont la sole, le merlu, le bar et le calmar.

La pêche professionnelle se pratique depuis les Sables-d’Olonne, La Rochelle, La Cotinière et Royan, en mer comme dans les estuaires.

Les métiers portuaires et industriels

Le parc naturel marin compte trois ports : Bordeaux, La Rochelle, et Rochefort Tonnay-Charente. Les industries, les extractions de granulats et les activités portuaires sont un moteur essentiel de l’économie locale. Le dragage permet de conserver une profondeur d’eau suffisante pour la navigation. Il peut servir au rechargement des plages.

Les activités de loisirs

Le tourisme et les activités balnéaires sont très importants sur l’ensemble du périmètre du Parc, dans le sud de la Vendée, dans la partie avale de l’estuaire de la Gironde, vers Royan ou la pointe du Médoc mais également dans les îles d’Oléron et de Ré. La zone littorale du Parc est très attractive pour les touristes mais aussi pour de nombreuses personnes qui souhaitent y résider à l’année.

Les loisirs en mer (plaisance, sports nautiques, pêches de loisir embarquée, du bord ou à pied) sont très développés. Le nautisme occupe une place particulière avec ses voiles blanches sur un des plus beaux plans d’eau de France. De nombreux sports de nature sont pratiqués le long de l’eau (promenades, équitation, char à voile...), sur l’eau (voile légère, kitesurf, planche à voile, kayak de mer...) ou sous l’eau (plongées sous-marines en bouteille ou en apnée, chasse sous-marine).

Enfin, de très nombreux pêcheurs de loisir se côtoient toute l’année dans le Parc. Et lors des grandes marées, sur les estrans découverts à marée basse, se retrouvent tous les amateurs de la pêche à pied.

Ces activités coexistent sur un même espace marin, ce qui peut occasionner des conflits d'usages. C’est l’un des enjeux de ce parc naturel marin.

Carte de synthèse des activités humaines

Développer durablement les activités maritimes

Les aménagements côtiers et portuaires ainsi que l’entretien (dragage) des zones de navigation peuvent modifier profondément l’équilibre des écosystèmes.
La ressource naturelle peut parfois être surexploitée ou subir des effets négatifs importants, entre autres des pollutions maritimes ou terrestres, mettant en péril son renouvellement.
Ces effets se cumulent entre eux et les écosystèmes ne peuvent plus répondre à ces pressions.
Entre protection du patrimoine naturel et développement économique des activités humaines, le parc naturel marin a pour ambition de trouver un juste équilibre.

> Richesses humaines des estuaires et des Pertuis  

Carte d’identité de l’activité humaine

Professionnels

Pêche professionnelle – 700 navires, 13 000 tonnes (t) traitées dans les 4 criées (Les Sables-d’Olonne, La Rochelle, La Cotinière, Royan) pour 63,9 millions d’euros (M€)
Conchyliculture – 1 200 entreprises, 62 000 t commercialisées, 300 M€, 25 000 emplois directs
3 ports de commerce – 18 millions de t/an transportées et 10 Mm3/an de sédiments dragués
1 centrale nucléaire – 167 m3/s d’eau de mer pompés et rejetés
3 sites d’extraction de granulats – 2 millions de t/an

Loisirs

Pêches à pied - 2 millions de pierres retournées par an,
Plaisance :

  • 16 000 places dans les ports et mouillages
  • 50 ports
  • environ 50 000 navires immatriculés en Charente-Maritime

Sports et loisirs en mer en pleine expansion
Tourisme balnéaire - 7 m² de « surface disponible par serviette » lors du pic de fréquentation estival.