Partager cette page Imprimer cette page Ajouter cette page à mes favoris Conseiller cette page à un ami Agrandir les caractèresRéduire les caractères

Océan Pacifique : le programme PACIOCEA (PACIfic Ocean Ecosystem Analysis)

Comment mettre en œuvre la gestion durable de l’espace maritime dans le Pacifique centre et ouest ? Comment coordonner les stratégies et les plans d’action des pays ?

PACIOCEA a pour ambition d’apporter des éléments de vision et de décision aux territoires.

Le contexte

Depuis de nombreuses années, les décideurs à l’échelle internationale, régionale ou nationale, s’engagent pour une gestion intégrée de l’espace maritime. Le développement d’aires marines protégées ou gérées en est la concrétisation.
La région du Pacifique est dans cette démarche. Le contexte y est cependant particulier :

  • une région très vaste (plus de 30 millions de km², composée d’îles et d’archipels) ;
  • une biodiversité caractérisée par un taux d’endémisme élevé ;
  • l’océan et les lagons côtiers constituent l’identité, l’origine des ressources vivrières et économiques, les frontières nationales ;
  • les différents états ont ratifié les conventions internationales en faveur de la protection de la nature et du développement durable ;
  • l’instance politique régionale a réalisé des documents de stratégie pour le futur, tel le Pacific Oceanscape ; elle s’est également dotée d’instrument juridique comme la Convention de Nouméa.

Les objectifs

Les objectifs principaux de PACIOCEA sont de :

  • favoriser les partages d’expériences sur la planification spatiale marine (MSP),
  • mettre en œuvre une analyse des enjeux environnementaux et socio-économiques à l’échelle régionale,
  • élaborer des scenarios pour le futur, dans une démarche participative afin de renforcer les compétences régionales.

Cette approche de planification spatiale marine concrétisera une vision partagée de la situation présente et des futurs possibles à l’échelle régionale. Cette vision globale est essentielle pour renforcer les liens entre les moyens de gestion de l’espace à différentes échelles ; elle est également fondamentale pour promouvoir les collaborations transfrontalières.

Les porteurs du projet

Ce programme de deux ans a débuté le 1er juillet 2013. Il est financé en partie par une subvention européenne dans le cadre des actions préparatoires BEST « volontary scheme for the Biodiversity and Ecosystem Services in Territories of the european outermost region and overseas countries and territories ».
L’Agence des aires marines protégées est le second contributeur de ce projet et la gestionnaire du projet ; le chef de projet, Anne Littaye, est basée à l’antenne de Nouvelle-Calédonie.
Le partenaire principal est le Secretariat of the Pacific Regional Environment Programme, le SPREP. Cette agence régionale des pays du Pacifique assure la coordination entre les acteurs (états, organismes et instances régionales, professionnels, ONG). Elle abritera également la base de données et participera pleinement aux analyses.
La Commission Océanographique Intergouvernementale de l’UNESCO (UNESCO/IOC) et l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD), avec son unité de recherche ESPACE-DEV, contribueront également au projet comme experts en MSP.

Le calendrier

Le calendrier du programme s’articule autour de trois conférences afin de favoriser une approche participative des acteurs de cet espace maritime.

  • Du 25 au 29 novembre 2013 : 1ère conférence, à Suva, à Fidji

Son objectif : définir par l’exposé d’expériences sur d’autres espaces, l’intérêt d’une planification spatiale marine, les étapes du processus, les défis pour une réalisation constructive.

Une présentation du projet et des choix méthodologiques seront discutés. D’autres projets d’analyse spatiale sont en cours dans cette région, poursuivant des objectifs différents ou à d’autres échelles. Les liens et la collaboration recherchés par les porteurs de chacun d’eux, au bénéfice des décisionnaires régionaux et nationaux, seront présentés.
Deux autres conférences concomitantes feront également l’objet d’un temps commun : une conférence de la Convention sur la Diversité Biologique (CDB), et une sur l’Accès et le partage des Bénéfices (ABS).

  • Octobre 2014 : seconde conférence

Son objectif sera, d’une part, la présentation et le partage avec les acteurs de l’analyse des enjeux et, d’autre part, l’élaboration de scenarios futurs.

  • Mi-2015 : conférence finale de clôture du programme
logos des partenaires du programme Paciocea