Partager cette page Imprimer cette page Ajouter cette page à mes favoris Conseiller cette page à un ami Agrandir les caractèresRéduire les caractères

Protéger le milieu marin

En mer, réduire les impacts des activités est la principale façon de protéger les milieux et espèces. Mais les gestionnaires d’aires marines protégées agissent également au quotidien pour « gérer » ces espaces.

Pour pouvoir protéger, le premier travail du gestionnaire d’aires marines protégées sur son espace consiste à bien le matérialiser, voir le délimiter. Les indications peuvent être électroniques ou matériels à travers la mise en place de balises ou bien sur cartes marines ou que des balises soient installées pour bien délimitées les zones protégées.

Il peut intervenir également directement sur des milieux lorsque des espèces invasives posent des problèmes aux milieux en place : crépidules en Atlantique, archantaster dans les outre-mer, caulerpes en Méditerranée par exemple.

L’intervention sur les espèces peut aussi s’avérer particulièrement délicate. Pour ne pas mettre en péril des populations parfois fragiles, des règles de déontologie sont de rigueur.

La mission du gestionnaire peut même aller jusqu’à réintroduire, dans des cas très particuliers, des animaux disparus et pourquoi pas restaurer des milieux parfois très dégradés comme dans le cas du site N2000 du Cap d'Agde en Méditerranée où l'on prévoit de procéder à l'enlèvement de 20 000 pneus, immergés comme récif artificiel dans les années 70-80.

Le gestionnaire s’efforce aussi de tester les moyens d’aménagement les moins impactants pour le milieu : ancrage écologique, aménagement de quais, cuves pour les ports propres et même techniques de suivis… Tout un volet technologique est alors développé : l’ex Agence des aires marines protégées a ainsi des conventions avec les pôles mer de PACA et Bretagne. Ainsi les aires marines protégées sont des espaces d'innovation et d'expérimentation.

De même, les moyens à la mer doivent coller au plus près aux besoins des gestionnaires (sensibilisation, contrôles, suivis techniques…) tout en respectant au mieux le milieu protégé. Cela passe par l’expérimentation et les nouvelles technologies.
L’Agence, en fédérant les gestionnaires, en leur apportant un appui, notamment en termes de moyens d’actions expérimentaux, a un rôle central pour faciliter l’action concrète de gestion efficace des aires marines protégées.

Intervenir dans les AMP

Contribuer au bon état des eaux marines : vaste ambition pour des aires marines protégées aux territoires plus ou moins(...)

Protéger les habitats et les espèces

Protéger les patrimoines naturels et culturels constitue le cœur de métier de l’Agence. Cela passe en particulier par la préservation(...)

Sensibiliser le public

Au niveau local, les parcs naturels marins font connaître les actions conduites et sensibilisent les usagers, prioritairement, et le grand(...)