Partager cette page Imprimer cette page Ajouter cette page à mes favoris Conseiller cette page à un ami Agrandir les caractèresRéduire les caractères

Le plan d’actions dugong en Nouvelle-Calédonie

A l’initiative des provinces de la Nouvelle-Calédonie, le plan d’actions a été élaboré par l’ex Agence des aires marines protégées (désormais Agence française pour la biodiversité) - qui en assure l’animation - la province Nord, la province Sud, la province des îles Loyauté, le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie, le Sénat coutumier, l’État, le WWF et Opération Cétacés. Le plan d’actions dugong réunit également les acteurs de la recherche, de la sensibilisation et des activités nautiques. Il est mis en œuvre par phase, chaque phase étant planifié sur des périodes 6 ans.

Phase 1 (2010-2015)

La première phase (2010-2015) du plan d’actions dugong visait à initier une démarche participative, collaborative et pérenne en faveur de la préservation du dugong. 

Un bilan des actions menées dans le cadre de la première phase de mise en œuvre du plan d’actions – période 2010-2015 – a été réalisé en 2016.

La phase 1 du plan d'actions s'est articulée selon trois volets :

  1. CONNAITRE : volet connaissance
    Acquérir de nouvelles connaissances sur cet animal emblématique : la répartition de sa population, son comportement et ses déplacements, sa place dans la culture locale, les pressions et menaces...
  2. FAIRE CONNAITRE : volet sensibilisation/éducation/communication
    Diffuser au plus grand nombre les savoirs sur cet animal fragile du patrimoine néo-calédonien et favoriser une connaissance partagée des enjeux locaux de conservation
  3. PROTÉGER : volet gouvernance
    Adapter les mesures de protection et modifier les comportements pour diminuer les pressions qui pèsent sur sa population. S’inscrire dans les dynamiques internationales de conservation du dugong

Phase 2 (2016-2021)

Le dugong présente une longévité équivalente à celle de l’Homme. C’est pourquoi l’effort de conservation doit perdurer sur le long terme pour que la population retrouve sa capacité de résilience, les actions déjà menées doivent se poursuivre et de nouvelles actions doivent être mises en œuvre. Ainsi, pour conserver la dynamique portée par le plan d’actions, une seconde phase est planifiée de 2016 à 2021. Sur cette phase, le Conservatoire d’espaces naturels - structure locale à la compétence environnementale à l’échelle Pays - assure l’animation du plan d’actions en relais à l’Agence française pour la biodiversité depuis septembre 2017.Un cadre logique a été proposé en 2016 afin de préparer la phase 2 du plan d’actions dugong. Ce cadre logique, dont la forme et le contenu sont issus des connaissances et expériences acquises précédemment, a servi de base de discussion afin que les partenaires identifient collégialement les priorités d’actions de la seconde phase. 

La phase 2 du plan d’actions s’axe sur quatre grandes thématiques :

1. LUTTER CONTRE LES MENACES : volet gouvernance 
Eviter toute mortalité d’origine anthropique pour permettre à la population de retrouver sa capacité de résilience 

2. SUIVRE LE STATUT DE LA POPULATION : volet connaissance
Observer l’évolution de l’état de santé de la population afin d’évaluer les effets des actions engagées et adapter les mesures de gestion entreprises

3. ACQUERIR DE NOUVELLES CONNAISSANCES : volet connaissance
Identifier de nouveaux traits de l’écologie des dugongs de Nouvelle-Calédonie pour améliorer les actions de protection mises en œuvre

4. MOBILISER LES NEO-CALEDONIENS : volet sensibilisation/éducation/communication
Sensibiliser l’ensemble des habitants du territoire afin de faire respecter l’animal et son habitat ainsi que de faire prendre conscience de l’importance de remonter des informations sur les dugongs 

Les membres actuels du plan d’actions dugong

Partenaires plan d'action Dugong Nouvelle-Calédonie 750x110

Le dugong, espèce emblématique en Nouvelle-Calédonie

Statut dugongs nouvelle calédonie 500x227

La Nouvelle-Calédonie abrite encore une population d’environ 700 à 800 individus.

Espèce emblématique du territoire, elle a contribué à l’inscription au Patrimoine mondial de l’UNESCO des "Lagons de Nouvelle-Calédonie : diversité récifale et écosystèmes associés".

Le dugong revêt une importance particulière au sein des communautés locales qui, auparavant, le chassaient pour les cérémonies et les fêtes coutumières majeures. Malheureusement, malgré les efforts réglementaires et une prise de conscience des communautés traditionnelles locales qui ont fait beaucoup évoluer leurs pratiques, un braconnage persiste à l’heure actuelle et remet en question la pérennité de cette espèce en Nouvelle-Calédonie. En effet d’après les informations récoltées par Opération Cétacés depuis 1991 – une association spécialisée dans l’acquisition de connaissances sur les mammifères marins en Nouvelle-Calédonie – plus de 30% des échouages montrent des signes de tentative de prises intentionnelles.

Ces évolutions ont notamment fait suite aux enquêtes consommation (2005) et à deux campagnes de survols aériens (2003 et 2008) menées dans le cadre du programme ZONECO qui interrogeaient sur la situation de l’espèce.

De fait, en dehors de ces études préliminaires, peu de connaissances étaient disponibles sur le statut de cette espèce en Nouvelle-Calédonie. Ce manque de données ne permettait pas la mise en place de mesures adaptées aux enjeux spécifiques de conservation.

Ce constat a conduit à la mise en place de la première phase du "plan d’actions dugong 2010-2015 en Nouvelle-Calédonie". La persistance des menaces et les données d’abondance identifiées au cours de ces 6 années ont mené à la prolongation de l’initiative de préservation « plan d’actions » et au lancement d’une seconde phase.

Pour en savoir plus sur le plan d’actions dugong :

Site du Conservatoire d’espaces naturels