Partager cette page Imprimer cette page Ajouter cette page à mes favoris Conseiller cette page à un ami Agrandir les caractèresRéduire les caractères

Mammifères marins, espèces menacées et protégées

Compte-tenu du déclin d’un grand nombre d’espèces, les mammifères marins sont considérés comme espèces protégées dans une grande majorité de pays. Leur chasse, leur destruction et leur commerce sont généralement interdites ou très sévèrement réglementées.

De nombreuses espèces figurent sur la liste rouge de l’Union mondiale pour la conservation de la nature (UICN) dans les classifications « en danger critique », « en danger » ou « vulnérable ». Par ailleurs, le manque de connaissance pour beaucoup d’entre elles ne permet pas d’évaluer l’état des populations.

Plusieurs statuts de protection

Les mammifères marins, selon les espèces, font l’objet de différents statuts de protection sur le plan international ou national. Parmi les plus marquants :

  • Espèces protégées par la convention intergouvernementale sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES)
  • Espèces inscrites aux annexes de la directive européenne « Habitat-Faune-Flore » (marsouin commun, grand dauphin, phoques gris et veau marin)
  • Espèces protégées par différents accords régionaux (Accobams….) ou conventions de mers régionales (OSPAR Manche-Atlantique du Nord-est, Carthagène aux Antilles, CCMLAR en Antarctique…).

23 % des espèces sont « en danger » dont des espèces qualifiées « en danger d’extinction » : le marsouin du Pacifique (Phocoena sinus) aussi connu sous le surnom de vaquita (extinction imminente), dauphin de Maui, baleine franche de l’Atlantique Nord. (source : (Schipper, J.; Chanson, J. S.; Chiozza, F.; Cox, N. A. (2008). « The status of the world’s land and marine mammals: diversity, threat, and knowledge ». Science. 322 (5899): 225–230.)

Certaines espèces se portent bien, en partie grâce aux mesures de protection qui portent leurs fruits. C’est le cas notamment de la plupart des pinnipèdes (phoques, otaries, morses) exception faite du phoque à capuchon en Atlantique Nord et du phoque-moine en Méditerranée.

En France, on ignore le statut de conservation des populations pour la moitié des espèces de baleines à dent et pour un tiers des baleines à fanon.

Principales pressions sur les mammifères marins

Opérateurs d'observations touristiques de mammifères marins

En dépit d’un statut renforcé de protection, les mammifères marins restent soumis à de nombreuses menaces à l’origine du déclin de certaines populations. La plupart d’entre elles sont liées aux activités humaines, dont :

  • les risques de collisions dus à la navigation,
  • la dégradation des habitats (provoquée en particulier par l’urbanisation et le tourisme),
  • les perturbations sonores,
  • les captures accidentelles par les engins de pêche,
  • les pollutions.

Le changement climatique représente une pression supplémentaire dans l’équilibre de leur environnement.

La compréhension des interactions entre mammifères marins et activités humaines sont des enjeux de gestion et protection important pour ces espèces sur lesquelles travaillent notamment l’Agence française pour la biodiversité.

Mammifères marins, de bons indicateurs !

Les mammifères marins sont de bons indicateurs de la santé des écosystèmes marins, étant placés au sommet de la chaîne alimentaire. Les mammifères marins sont soumis à de multiples pressions et y sont particulièrement sensibles. Leur densité peut donc constituer un reflet de la qualité ou de perturbations du milieu marin. Leur suivi régulier peut renseigner sur des changements dans l’équilibre des écosystèmes marins. Enfin, la vitalité des populations témoigne de la qualité de leurs habitats. C’est pourquoi une meilleure connaissance et des suivis réguliers des mammifères marins sont stratégiques pour leur protection, mais aussi pour la protection du milieu marin dans son ensemble.