Partager cette page Imprimer cette page Ajouter cette page à mes favoris Conseiller cette page à un ami Agrandir les caractèresRéduire les caractères

Surveiller les activités humaines dans de grandes aires marines protégées : un challenge pour les gestionnaires d’AMP du Pacifique

28/11/2019 Politique de la mer - Aires marines protégées - Nouvelle-Calédonie

En réponse à cette problématique, une étude commanditée par l’Agence française pour la biodiversité dans le cadre du projet BEST Pacific Biodiversity Blue Belt dont elle est partenaire, a été réalisée à destination des gestionnaires d’aires marines protégées/gérées afin de proposer un outil d’aide à la décision relative à l’utilisation de technologies de surveillance des activités humaines.

Projet Pacific Biodiversity Blue Belt

Cofinancé par la Commission européenne dans le cadre du programme BEST 2.0 et coordonné par le Programme régional océanien pour l’environnement (PROE), le projet Pacific Biodiversity Blue Belt a permis de coordonner des activités régionales et territoriales en apportant un soutien financier aux Pays et Territoires d’Outre-mer (PTOM) du Pacifique insulaire dans le but de conserver l’environnement marin.

Cette étude propose une synthèse des contextes, des activités maritimes et des dispositifs actuels de surveillance. Elle est enrichie d'une revue complète des technologies disponibles en 2018 adaptées à la surveillance et au suivi des activités humaines en mer.

Un outil d’aide à la sélection de solutions technologiques est ensuite présenté, fondé sur une approche multicritères répondant aux besoins exprimés par les gestionnaires. Ce travail détaille une série de cas d’études permettant d’illustrer les possibles besoins de surveillance en réponse aux divers enjeux identifiés.

> Retrouvez le rapport final de l'étude (lien 1) ainsi que l'outil Excel d'aide à la sélection de solutions technologiques (lien 2)

Document Synthèse et recommandations technologies de surveillance des activités humaines dans les AMP du Pacifique

 

Les résultats de ce travail ont été partagés à plusieurs occasions :

  • En juillet 2019 à Nouméa lors de la journée de la mer organisée par le Cluster maritime de Nouvelle-Calédonie en présence de nombreux acteurs concernés par les questions de surveillance des activités anthropiques.
  • En juillet 2018 lors d’un atelier dédié à la surveillance et à la gestion des aires marines protégées/gérées à Nouméa les 10 et 11 juillet 2018. La description des technologies de surveillance et la manipulation de l’outil d’aide à la décision par les participants ont permis des échanges fructueux sur les priorités de gestion en matière de surveillance, en fonction des enjeux spécifiques à chaque territoire.

Retour aux actualités