Partager cette page Imprimer cette page Ajouter cette page à mes favoris Conseiller cette page à un ami Agrandir les caractèresRéduire les caractères

Antenne Nouvelle-Calédonie

Installée en juillet 2009 par l’Agence des aires marines protégées en accord avec les autorités locales, l’Antenne de Nouvelle-Calédonie vise deux objectifs : 

  • apporter un appui aux collectivités locales (les trois provinces et le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie), dans le cadre de leurs compétences en matière de gestion de l’environnement marin et des ressources marines et
  • conforter la participation de la Nouvelle-Calédonie aux projets nationaux tels que les tableaux de bord (des aires marines protégées / des eaux marines sous juridiction) ou le volet mer du système national d’information sur la nature et les paysages,…

Bref aperçu de la Nouvelle-Calédonie

L’organisation politique et administrative actuelle de la Nouvelle-Calédonie est définie par la Loi organique n° 99-209 du 19 mars 1999 qui met en œuvre l’Accord de Nouméa (1998). Les institutions de la Nouvelle-Calédonie sont le congrès, le gouvernement, la province Sud, la province Nord, la province des Iles Loyautés et le sénat coutumier.
En matière de politiques publiques en mer, dans les eaux intérieures et territoriales entourant la Grande-Terre et l’archipel des Loyautés, la compétence en matière de gestion de l’environnement a été transférée aux trois provinces. Dans la zone économique exclusive (ZEE) et dans les eaux territoriales et intérieures bordant les « îles éloignées », la gestion des ressources a été transférée au gouvernement de la Nouvelle-Calédonie. L’État reste compétent en matière de police générale dans tous les domaines de l’action de l’État en mer et assure à cet effet une mission globale de surveillance de l’espace maritime calédonien.
La ZEE de Nouvelle-Calédonie occupe environ 1,4 millions de km². Elle est caractérisée par de très importants complexes récifaux coralliens : lagon de la Grande-Terre (le plus grand du monde), lagon des atolls de Bellona, Chesterfield, Entrecasteaux, Ouvéa… Les fonds marins sont également caractérisés par la présence d’importants plateaux continentaux, de quatre grandes rides sous-marines (Lord Howe, Fairway, Norfolk, Loyauté) et de très nombreux monts sous-marins. À cette diversité morpho-bathymétrique s’ajoutent des gradients écologiques majeurs liés à l’importante extension latitudinale de la ZEE (depuis une zone nord caractérisée par des conditions écologiques tropicales chaudes, jusqu’ à une zone sud sub-tropicale à tempérée). Le résultat global est une très grande diversité d’habitats marins et une biodiversité exceptionnelle qui font de la Nouvelle-Calédonie un « hot-spot » de biodiversité terrestre et marine à elle seule.

Les aires marines protégées en Nouvelle-Calédonie

Les statuts d’aires marines protégées mobilisables en Nouvelle-Calédonie sont définis par les codes de l’environnement de province Sud et de province Nord, ainsi que par une délibération du congrès (pour ce qui concerne la ZEE et les îles éloignées).
À ce jour, une trentaine d’aires marines protégées, d’une surface cumulée de près de 4 000 km² (tous statuts de protection confondus) ont été créées en province Sud et en province Nord.
Depuis juillet 2008, un Bien en série « Lagons de Nouvelle-Calédonie : diversité récifale et écosystèmes associés » composé de six sites répartis dans les quatre collectivités a été inscrit sur la liste des biens naturels du patrimoine mondial de l’UNESCO (www.ifrecor.nc/projetpatrimoine et http://whc.unesco.org/fr/list/1115). Ce Bien est désormais reconnu comme une aire marine protégée par le code de l’environnement français (article L.334-1) et contribue à ce titre à la constitution du réseau national.

En avril 2014, le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie a créé le « parc naturel de la mer de Corail » couvrant l’ensemble de la zone placée sous sa compétence (1,29 millions de km²). Il s’agit de la plus grande aire marine protégée française à ce jour.

Les projets de l’antenne de Nouvelle-Calédonie

Dans sa mission d’appui aux politiques publiques mises en œuvre par les collectivités de Nouvelle-Calédonie, l’Antenne a actuellement orienté son action dans trois domaines :

  • gestion intégrée de l’Espace maritime de la Nouvelle-Calédonie,
  • animation du « plan d’actions dugong 2010-2015 en Nouvelle-Calédonie »,
  • participation au groupement d’intérêt public « Conservatoire des espaces naturels de Nouvelle-Calédonie ».

Gestion intégrée de l’Espace maritime de la Nouvelle-Calédonie

L’Antenne apporte un appui technique au gouvernement de la Nouvelle-Calédonie dans le cadre de l’élaboration de sa politique de gestion intégrée de l’Espace maritime dont il assure la gestion, en poursuivant un objectif général de gestion globale des écosystèmes.
Dans le prolongement des travaux menés jusqu’à ce jour, la première étape concrète de cette collaboration a débuté en juillet 2011 par le lancement de la rédaction d’une « analyse stratégique de l’Espace maritime de la Nouvelle-Calédonie » visant à préciser les enjeux de conservation, mais aussi de développement durable des usages, à l’échelle de la ZEE. Cet outil d’aide à la décision a permis de réfléchir aux orientations de gestion les plus adaptées au contexte spécifique de cet espace et a abouti à la création, en avril 2014, du parc naturel de la mer de Corail. Ce parc vise la mise en place d’une politique de gestion intégrée, c’est-à-dire assurant la protection des ressources et des écosystèmes et le développement durable des activités humaines présentes ou potentielles.

En savoir plus

Livret de présentation du parc naturel de la mer de Corail :

"Le parc naturel de la mer de Corail"

Plaquette de présentation de la démarche d'analyse stratégique :

"Vers une gestion intégrée de l'Espace maritime de la Nouvelle-Calédonie"

Pages dédiées au projet sur :

www.gouv.nc

www.affmar.gouv.nc/portal/page/portal/affmar/peche/presentation

Cette démarche s’inscrit également dans le cadre de la mise en œuvre des pistes de coopération identifiées à l’occasion de la signature, en mars 2010, de la « Déclaration d’intentions franco-australienne pour la gestion durable de la mer de Corail », par les exécutifs calédoniens, l’État français et le ministère en charge de l’environnement australien. Les travaux franco-australiens auront notamment pour but d’étudier les modalités de coordination progressive de certains objectifs de gestion et de moyens du Parc naturel de la mer de Corail avec ceux de la « Coral Sea Commonwealth Marine Reserve » créée fin 2012 du côté australien.

Animation du « plan d’actions dugong 2010-2015 en Nouvelle-Calédonie »

À la demande et avec la participation active des collectivités, l’Agence a élaboré et anime la mise en œuvre d’un projet « dugongs » en Nouvelle-Calédonie. Cousins des lamantins de la zone Caraïbe, les dugongs sont des mammifères marins présents dans l’océan Indien et dans l’océan Pacifique occidental. La plupart des populations sont menacées à l’échelle de l’aire de répartition de l’espèce. La Nouvelle-Calédonie, qui abrite une population encore relativement importante de dugongs, est consciente de la responsabilité qui lui incombe en matière de conservation de cette espèce, notamment « emblématique » des sites composant le Bien inscrit à l’UNESCO.

Le plan d’actions vise à développer la connaissance de cette espèce et à initier une démarche territoriale et pérenne de conservation. Il vise également à contribuer plus largement aux efforts internationaux de conservation initiés sous l’égide du programme des nations unies pour l’environnement / Convention sur la Conservation des Espèces Migratrices (Convention de Bonn, 1983) dans le cadre du mémorandum d’entente sur la conservation et la gestion des dugongs et de leurs habitats dans l’ensemble de leur aire de répartition (http://www.cms.int/species/dugong/index.htm) dont la France est signataire. A l'échelle régionale, ces travaux sont déclinés dans un plan d'actions mis en œuvre par le Programme régional océanien de l'environnement (www.sprep.org).

Participation au Groupement d’intérêt public (GIP)  « Conservatoire des espaces naturels de Nouvelle-Calédonie » (le GIP CEN)

À l’occasion de l’inscription des « Lagons de Nouvelle-Calédonie » sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO en juillet 2008, il avait été demandé à la France et aux collectivités de Nouvelle-Calédonie, de mettre en place une structure pouvant assurer un rôle de point focal, mais aussi une coordination des actions à l’échelle du Bien en série. Cette demande faisait écho au schéma institutionnel relativement complexe en jeu : la gestion du Bien étant assurée par les trois provinces et le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie, l’État français étant quant à lui l’interlocuteur officiel de l’UNESCO.
Le GIP CEN a été créé en mars 2011 par arrêté du Haut-Commissaire de la République en Nouvelle-Calédonie.
L’Agence des aires marines protégées est membre du CEN en vue d’appuyer, au travers de cet outil, l’action des collectivités en faveur de la gestion du Bien inscrit à l’UNESCO.

L’équipe de l’antenne de Nouvelle-Calédonie

L’équipe  compte à ce jour 4 personnes. Elle est placée sous la responsabilité de Lionel Gardes.

Coordonnées :
Antenne Nouvelle Calédonie de l’Agence des aires marines protégées
1 Rue Marcel Creugnet 1er étage Motor Pool
BP18939
98857 Nouméa
Nouvelle-Calédonie