Partager cette page Imprimer cette page Ajouter cette page à mes favoris Conseiller cette page à un ami Agrandir les caractèresRéduire les caractères

Rencontre de la secrétaire d'État Barbara Pompili au Parc naturel marin des estuaires picards et de la mer d'Opale

16/03/2017 Vie de l'établissement - Manche / Mer du Nord

Lundi 13 mars, Barbara Pompili, secrétaire d’État chargée de la Biodiversité, s'est rendue sur le territoire du futur Parc naturel régional (PNR) Baie de Somme Picardie Maritime. La découverte du littoral de ce projet de PNR à l'interface entre terre et mer a permis à Dominique Godefroy, président du conseil de gestion et à Frédéric Fasquel, directeur délégué, d’accueillir Barbara Pompili à la pointe du Hourdel dans le Parc naturel marin des estuaires picards et de la mer d'Opale.

Des agents du Parc naturel marin ont pu proposer à Barbara Pompili l'observation – à la jumelle et à l’œil nu - de plusieurs phoques. Une occasion de mentionner le projet Eco-phoques, co-financé avec la Région Hauts-de-France et dont l'objectif est une meilleure connaissance des deux populations de ces mammifères, en baie de Somme et baie d'Authie. Il a ensuite été question des formations actuellement mises en œuvre par le Parc marin auprès des encadrants de sports de nature en faveur du développement durable des activités, dans le respect du milieu littoral et marin. La secrétaire d’État a souligné la pertinence du projet, il revient au Parc naturel marin d'accompagner en douceur l'évolution des pratiques.

Ce fut l’occasion également de souligner la gouvernance spécifique du Parc – son conseil de gestion – et le rôle de ce dernier dans l'organisation des manifestations sportives sur le littoral : sur sollicitation des services de l’État, le conseil rend chaque année de nombreux avis, souvent additionnés de préconisations d'amélioration à destination des organisateurs. Le Parc travaille, en parallèle, à l'observation des effets cumulés de ces activités et événements pour pouvoir accompagner les organisateurs très en amont. Un sujet cher à Barbara Pompili, qui n'a pas manqué d'insister sur la nécessité de ne pas « mettre sous cloche » les espaces naturels.

Enfin, les aires marines éducatives, ces zones maritimes littorales de petites tailles gérées de manière participative par les élèves d'une école primaire, ont recueilli toute son attention. Au Hourdel, justement, elle faisait face à celle du Crotoy, créée à la rentrée dernière.

Retour aux actualités