Partager cette page Imprimer cette page Ajouter cette page à mes favoris Conseiller cette page à un ami Agrandir les caractèresRéduire les caractères

Parc naturel marin du golfe du Lion

Conseil de gestion du Parc naturel marin du golfe du Lion du 23 février 2017

03/03/2017 Politique de la mer - Vie de l'établissement - Méditerranée

Le 23 février 2017 à Torreilles, le conseil de gestion du Parc naturel marin du golfe du Lion s’est réuni sous la présidence de Monsieur MOLY, président du Parc.

Étaient à l’ordre du jour :

Rapport d’activité 2016 et programme d’actions 2017

Le rapport d’activités et le programme d’actions 2017 ont été adoptés à l’unanimité par les membres du conseil de gestion. Le programme d’actions 2017 propose 29 actions réparties dans les cinq domaines d’actions prioritaires du Parc : le patrimoine naturel, le patrimoine culture, les usages,la qualité de l’eau et l’éducation.

Respect de la réglementation des pêches

Pêche professionnelle, pêche récréative pratiquée par des pêcheurs organisés en fédérations ou pêche pratiquée individuellement par chaque citoyen, toutes sont sujettes à réglementation. Malgré l’existence de ces textes, des infractions à la loi sont régulièrement observées, y compris dans le territoire du Parc naturel marin du golfe du Lion. Le Parc a pris position pour atteindre rapidement une situation normale de respect de la réglementation dans son territoire.

Implantation d’éoliennes flottantes en mer 

Le projet d’implantation de fermes pilotes d’éoliennes flottantes ‐ 4 machines de 6 MégaWatts ‐ dans le territoire du Parc naturel marin du golfe du Lion est en route depuis 2015. Afin d’accompagner ce projet, le Parc participe aux nombreuses étapes clefs avant le lancement des opérations en 2018 et l’installation des premières éoliennes en 2020.

Désignation de zones Natura 2000 au large

Les zones Natura 2000 sont des aires marines protégées, comme les parcs naturels marins, qui ont pour but de protéger les espèces d’intérêt européen (oiseaux, habitats, faune et flore). Ce réseau était d’abord terrestre puis s’est étendu au milieu marin et maintenant au large. La préfecture maritime a informé que l’Etat impliquerait le conseil de gestion dans la gestion de ces sites.

Retour aux actualités